Comment bien mouiller

Puisque c’est la rentrée des classes : Une petite révision de comment bien réussir son mouillage ne nous fera pas de mal.

Rédigé par François Meyer de Actu Nautique

Bien mouiller son ancre est le préalable indispensable pour éviter bien des soucis.

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

Le mouillage forain, calme et tranquille, est souvent illustré sur des vues de cartes postales. Pour réellement bénéficier de calme et de sécurité, et dormir sur ses deux oreilles, quelques précautions s’imposent.


Un bon mouillage nécessite un minimum de préparation à la table à carte comme sur le pont.
La conjonction d’une ancre adaptée au bateau, de son crochage, de la longueur de chaîne posée au fond (au moins 5 fois la hauteur d’eau -certains parlent de 3 fois, mais allez observez si votre chaîne touche le fond avec 20 nœuds de vent-) et de la qualité de celui-ci garantiront la tenue du mouillage.

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

1. Portez attention à la météo

Une nuit tranquille à l’ancre implique la prise en compte de la météorologie afin de choisir une baie abritée du vent dominant.
Idéalement, le vent dominant ne doit pas pouvoir pousser le bateau à la côte. En effet, l’échouement serait quasi inéluctable si le mouillage venait à rompre en pleine nuit.
Toutefois, par conditions calmes, et en gardant une distance de sécurité importante avec la côte, cette solution demeure envisageable.

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

2. Consultez le type de fonds avant de choisir un mouillage

Les fonds rocheux font de vrais pièges à ancres, consultez les cartes marines qui font mention du type de fonds rencontrés avant de planifier un mouillage forain.
Les fonds de sable ou de vase offrent de bonnes tenues, les fonds d’algues tiennent moyennement et les fonds rocheux ou graveleux sont à éviter.

3. Observez attentivement les lieux avant de mouiller

Quels seraient les effets d’une renverse ou d’un coup de vent sur votre mouillage ?
Que se passerait-il si vous deviez allonger votre mouillage ?
Anticipez les événements probables pour conserver la possibilité de manœuvrer s’ils surviennent.

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

4. Si l’évitage le permet, mouillez le maximum de chaîne

Lorsqu’on mouille, on déroule le plus de chaîne possible au fond (au moins 3 X la hauteur d’eau dans les mouillages encombrés). Une fois que l’ancre a croché, c’est le poids de l’ancre au fond qui assurera l’essentiel du maintien par beau temps.
Ne pas hésiter si le rayon d’évitage le permet, à mouiller beaucoup plus de chaîne et une partie de votre câblot qui joue le rôle d’amortisseur.

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

5. Briefez l’équipage

Marquez votre chaîne tous les 10 m et tous les 5 m avec un adhésif ou une peinture colorée différente afin de pouvoir faire mouiller au matelot la longueur choisie.
Expliquez au matelot au guindeau la procédure de mouillage :

  • On met l’ancre à pendre
  • On la dépose au fond
  • On allonge la chaîne lorsque le bateau recule

6. La manœuvre au moteur

  • Engagez-vous face au vent (voiles affalées sur un voilier), moteur embrayé à petite vitesse.
  • Une fois localisé l’emplacement désiré, immobilisez le bateau face au vent.
  • Faites descendre l’ancre sur le fond sans pour autant empiler la chaîne en tas au fond.
  • Enclenchez la marche arrière et mouillez au guindeau ou à la main la longueur de chaîne désirée.
  • Repassez au point mort un instant.
  • Une fois la longueur de chaîne souhaitée au fond, enclenchez à nouveau la marche arrière en “coup de fouet” une ou deux fois afin de faire crocher l’ancre. Il ne s’agit pas de labourer le fond mais de ressentir l’arrêt du bateau, stoppé par son ancre.
  • Coupez ensuite le contact.

7. Vérifiez et surveillez la tenue du mouillage

Prenez d’abord deux alignements à terre pour vous assurer du déplacement normal du bateau au mouillage (évitage).

Plongez ensuite sur votre mouillage pour vous assurer visuellement de sa bonne tenue.

Enfin, si vous le souhaitez, utilisez la fonction d’alarme de votre GPS en gardant à l’esprit que la précision de ces appareils est rarement garantie à une cinquantaine de mètres. Réglez l’alarme sur un déplacement de 0,02 NM afin d’éviter qu’elle ne retentisse à chaque instant.
Vous pouvez paramétrer la plupart de ces appareils à sonner quand le bateau se trouve en dehors d’un cercle d’évitage déterminé.

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

Il existe aussi des applications permettant de suivre l’évitage sur son smartphone une fois à terre si on en laisse un autre à bord.

Avant de profiter pleinement des plaisirs du mouillage, et si vous n’avez pas mouillé de câblot, placez encore un amortisseur ou un crochet sur votre chaîne, il vous évitera du bruit inutile et préservera la santé de votre guindeau.
 

Comment bien réussir son mouillage (1/3) - 7 conseils pour éviter les soucis

The Author

Fran6

Fran6

Journaliste indépendant non rémunéré à l' A.P.A.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *