CR de la formation Énergie à bord de C. BRUNELIN

Formation Gestion de l’Énergie à Bord

Dispensée par Christian BRUNELIN expert Maritime à la CMED

22 personnes sont restées très attentive à cette présentation illustrée d’un PPS sur écran.

Le préambule est articulé sur une autoévaluation : Au-delà de la sécurité du démarrage moteur, l’investissement et l’exploitation de l’énergie électrique à bord est synonyme de confort. Encore savoir définir son propre confort.

Tous les navigateurs n’ont pas les mêmes demandes en matière de confort, et il est impératif de définir préalablement ses attentes pour en lister les besoins et in fine réaliser ses choix stratégiques.

Ex : Climatisation ? Fonctionnement d’un ordinateur en permanence ? Temps évalué sans utiliser le moteur, Eau chaude ?

ÉLECTRICITÉ

Rappel sur les lois fondamentales de l’électricité (puissance, tension, intensité, perte)

LES CONSOMMATEURS

Le FRIGO : Appareil indispensable pour conserver les vivres, et fabriquer les glaçons de l’apéro cet appareil a une consommation de 50 W générant de facto un appel de 4.2 A. On comprend vite qu’en cas de fonctionnement permanent (lié à un mauvais rendement) ce matériel peut allègrement vider la capacité d’une batterie en 24 H. On rappellera qu’un frigo s’arrête également sur sa propre sécurité (klixon).

On rappellera que sans précaution, son rendement peut avoisiner 20% et qu’il est facile de perdre 60 à  80 ampères en une seule journée.

Les remèdes : Fermer la vanne de vidange du frigo si on ne veut pas refroidir la cale plutôt que le frigo (l’air frais a la fâcheuse tendance à descendre surtout si vous ouvrez la porte souvent). Améliorer l’isolation interne en tapissant avec un muliplis mince. Augmenter la section des câbles d’alimentation afin d’éviter les pertes par effet Joule.  Nettoyer les ailettes du condenseur et dégager son espace avoisinant afin d’améliorer son refroidissement par l’air ambiant. Il est présenté la solution du condenseur immergé via un passe-coque spécifique qui permet par un refroidissement par eau d’améliorer de manière très importante le rendement du frigo.

FEU et ÉCLAIRAGE : En cas de passage aux LED, bien vérifier la provenance du matériel vis-à-vis des interférences avec la VHF. Perso oui dans le carré et les cabines mais je réfléchirai en tête de mat.

ORDINATEUR : 3A à 19V générant 6A à 12V. La chaîne d’alimentation électrique pour se matériel amène réflexion. Alternateur, redresseur, batterie, onduleur, transformateur, ordinateur. Heureusement nous avons maintenant les tablettes.

BATTERIE : Rappel : l’énergie disponible d’une batterie est de 80% de l’énergie mentionnée. Passer en dessous des 20 % restant diminuera sa capacité à être rechargée.

batterie déchargée : 11.6 V aux bornes

tension de chargement : 14.4 V aux bornes

Temps de charge : 6 heures jusqu’à 75 % + 4 heures pour 100%

Une alimentation à 13.5 V permet d’entretenir seulement mais ne permet pas d’augmenter la charge. Il est donc important de contrôler que la batterie chargée monte à 14,4 V (mesurer au Metrix aux bornes.

Quelques problématiques simples :

L’alternateur du moteur possède en interne une mesure de température qui module la charge. L’alternateur ne peut donc pas réguler en fonction de la montée de température des batteries qui sont situées dans un autre local. C’est la raison pour laquelle certains montages proposés par des pros nécessitent un thermomètre sur chaque batterie.

A titre d’information les répartiteurs à diodes séparent les batteries quand la tension passe en dessous de 12.2V.

AUGMENTATION DE LA PRODUCTION

ALTERNATEUR : Certains motoristes proposent des kits pour monter un deuxième alternateur mais l’augmentation de contrainte sur le vilebrequin via la poulie est de nature à augmenter l’usure de la pivoterie.

Groupe Électrogène : Essence, bruyant, pas bon pour les voisins

Hydrogénérateur : Les premiers Ampère à 5 knts. Faible fiabilité de la fixation face aux fortes contraintes  et encombrant sur la descente.

ÉOLIENNE : Les premiers Ampère à 10 knts donc pas au portant. Bruyante et génération de vibrations. Et ne sert pas à grand-chose dans les mouillages abrités (sic). Perso : beaucoup de bruit pour pas grand-chose à part embêter ses voisins en notre absence.

PANNEAU SOLAIRE. Meilleur rapport avantage / coût. Attention toutefois à l’exposition, à la section des câbles, et surtout au régulateur (préférer les régulateurs intelligents type MPTT au lieu des basiques PWM).

Voilà encore une formation intéressante que je n’ai pas ratée.

Eric DUTRIEUX

Vous aimerez aussi...